jeudi 28 avril 2016

Explorer l'au-delà

Communiquer avec les défunts, c'est bien. Mais tout le monde est aussi curieux de savoir ce qu'ils vivent et ce qui nous attend après la mort. On va me rétorquer qu'on ne peut pas savoir, que personne n'en est revenu pour nous raconter. Ce n'est pas faux mais ce n'est pas tout à fait vrai non plus. Il y a différentes techniques et personnes qui peuvent nous éclairer sur ce mystère, pour peu que l'on soit un peu éveillé et curieux :
- les médiums qui sont des canaux avec le monde d'après-vie
- les personnes qui font des sorties hors du corps et qui se baladent sur ce plan mais aussi sur d'autres (on en reparlera)
- les défunts eux-mêmes
- les expérienceurs de EMI
- vos "rêves"   qui vous y transportent souvent...

Au niveau des médiums, il y a le célèbre Chico Xavier qui est à l'origine du film "Nosso lar" (notre demeure) à voir absolument même s'ill faut l'acheter compte tenu de la législation sur les droits d'auteurs. Je ne peux ici que vous télécharger la bande annonce pour vous donner une idée :

video
Un autre livre troublant écrit à la fin du 19ème siècle nous donne aussi beaucoup de renseignements sur ces plans. Mais je laisse l'initiative au Jardin des Livres de vous  présenter "L'explorateur de l'au-delà" :

video
Que d'heures occupées en perspective...
Je suis toujours à votre écoute pour un commentaire ou une question. Mais rappelez-vous que chacun suit son chemin spirituel et que ce qui m'a interpelé ne va pas forcément trouver écho en vous. Je ne fais que conseiller. Vous êtes votre propre guide. Il suffit de suivre votre intuition ou votre instinct. C'est ce que je fais quand je suis dans une librairie ou sur internet.

L'écriture automatique

Une façon personnelle de communiquer avec nos "disparus" (qui ne sont pas perdus ) est d'utiliser tout simplement une feuille et un stylo. Enfin, en fait ce n'est pas si simple que cela car il y a plusieurs conditions qui doivent être réunies :
- tout d'abord, il faut que le défunt aie "la permission" de vous parler. En effet, redescendre dans nos vibrations terrestres pour pouvoir nous atteindre ne se fait pas suivant notre bon vouloir.
- ensuite, il faut que notre être cher soit "joignable". Quelquefois, il est trop tôt (attendre au moins trois mois après son décés qu'il soit bien dégagé).
- enfin, il faut que le défunt se familiarise avec cette sorte de communication. Heureusement, ils ont des guides pour cela qui les aident et qui nous aident aussi
- et puis, le plus important c'est que nous-même y soyons préparés et en condition.
 Qu'est-ce que cela veut dire?
Pour que l'écriture automatique soit fluide, il faut être en harmonie avec le haut (ciel), le bas (terre) et surtout dans notre corps. Cela passe par de la méditation, une alimentation saine, un ancrage à la terre grâce à de belles balades en pleine nature (privilégiez la forêt car les arbres sages vous renvoient beaucoup d'ondes et d'énergies positives) et des prières pour se protéger du bas-astral.
Vous n'y arriverez donc pas du premier coup. Mais si vous le désirez vraiment, le libre-arbitre étant la loi universelle, persévérez...
Choisissez un moment dans la journée, un endroit, un stylo ainsi qu'une photo de votre être cher (toujours les mêmes). Ensuite, installez-vous confortablement et RESPIREZ. Faites quelques prières protectrices (le Notre Père et le Je vous salue Marie sont suffisantes pour commencer). Entrez en méditation en demandant toujours la permission à votre être cher de le "déranger". Concentrez-vous sur lui en regardant la photo et prenez le stylo dans la main. Vous devez le tenir fermement et votre avant-bras ne doit pas être couché sur la feuille pour une meilleure mobilité. Un premier frémissement apparaît en général au bout d'un quart d'heure. L'écriture n'est pas tout de suite lisible en général.
C'est une expérience que j'ai aussi pratiquée pour joindre mon mari décédé et je vous livre un extrait de ce que j'ai reçu :
Vous voyez : ne vous attendez pas à des miracles. Ceci est un des premiers messages lisibles que j'ai reçu. Personnellement, je pratique très peu l'écriture automatique (que quand je suis vraiment "lumineuse") car il y a beaucoup de risques de se faire polluer par un esprit non-désiré. Vous savez, en haut, il y a aussi beaucoup de gens qui veulent communiquer ou avoir une quelconque influence sur nous. Les hôpitaux psychiatriques sont pleins de ces gens qui entendent des voix qui leur ordonnent des tas de choses. Ainsi, protégez-vous et ne laissez personne entrer sans qu'il n'y soit invité. C'est pour ça que je ne recommande pas de pratiquer régulièrement cet exercice. D'ailleurs, souvent mon stylo s'enlève lui-même de la feuille (je sens une force qui m'empêche d'écrire ) alors je n'insiste pas.
 

mercredi 27 avril 2016

Communiquer avec nos défunts


Après avoir lu le dernier article, il est normal de vouloir tester :

-" Si elle nous dit que la mort n'existe pas et que nos défunts sont là mais sur un autre plan, je vais chercher à communiquer avec eux..."
Effectivement, on est tous tenté de le faire. Il y a plusieurs façons de le faire.
Premièrement, qui n'a pas essayé avec les copains de faire tourner les tables ("Esprit, es-tu là?") avec des planches de Oui-ja?

Afficher l'image d'origine
La planche Oui-ja s’utilise lors d’une séance de spiritisme. Elle peut se faire seule, mais il est préférable d’être accompagné d’un médium qui sache manier la chose, qui connaît les dangers et surtout qui sait réagir si un esprit malveillant se manifeste.
En effet, lors d’une séance de spiritisme, on appelle les défunts. Parfois, ce sont des entités malveillantes qui arrivent. Si on les laisse faire, si on est novice, ces entités peuvent prendre le pouvoir, nous poursuivre, nous posséder et  pire encore.
Les participants à ce genre de séance doivent donc être en bonne santé physique et mentale afin d’éviter tout acte de possession. Il est aussi conseillé d’utiliser la prière. Personnellement, je l'ai expérimenté pour rigoler avec une bande de cousins à l'âge de quinze ans plus pour les sensations fortes que pour véritablement communiquer. Et des sensations fortes, on en a eu : légos qui volaient d'un bout à l'autre de la chambre! Cela m'a ôté toute envie de recommencer et m'a fichu une frousse bleue dont je me rappelle encore trente ans après. Je ne recommande donc pas du tout cette méthode.
Il ne faut pas oublier que le monde invisible est le miroir de notre monde à nous et que s'il y a des gens bien intentionnés, il y en a aussi de mal intentionnés...
La seconde possibilité pour communiquer avec les défunts est de passer par un médium. Attention là aussi à bien le choisir. Privilégiez le bouche à oreille. Ou, si vous n'osez pas en parler, allez sur les forums d'internet qui conseillent bien aussi. Il n'y a pas de honte à franchir le pas, je l'ai fait aussi quelque temps après la mort de mon mari. Je sentais qu'il m'accompagnait souvent dans ma vie quotidienne et je voulais en avoir confirmation. Je n'ai pas été déçue. Ici aussi, il ne faut pas en abuser : nos défunts ont un "travail" et sont souvent aussi occupés dans l'au-delà. Cela ne doit pas devenir une béquille pour continuer à vivre (une ou deux séances suffisent.) Mais c'est un bon moyen d'apaiser notre chagrin, de comprendre qu'ils sont bien et qu'ils continuent à être.
Si vous voulez voir une séance publique médiumnique, choisissez sur internet celles d'Hannaeva :
www.hannaeva31-medium.com/qui-suis-je/ 
 et cliquez sur vidéo pour voir une de ses conférences.

On peut aussi arriver à communiquer avec nos défunts par nous-mêmes et cela fera l'objet d'un prochain article...

jeudi 17 mars 2016

Les signes de l'après-vie

Je vais vous parler de ma grand-mère : Mamie Wouwou (on l'appelait ainsi car elle portait toujours un col en fourrure en hiver). Elle était très âgée. Je la savais sur le déclin, mais vivant loin d'elle et la voyant trop peu souvent, je ne présageai pas de sa fin imminente.
Je me suis donc levée un matin d'automne, comme tous les autres matins, pour préparer le petit-déjeuner. En descendant pour me rendre à la cuisine, un bout de papier posé sur la table basse du salon, attira mon regard. Je me mis intérieurement en colère car je ne supportai pas que mes enfants laissent traîner quelque chose sur ce meuble de prix. Je m'approchai et vis , à mon grand étonnement, que c'était une photo de ma grand-mère. Comment était-elle arrivée là? Moi qui rangeais tout dans les albums-photos! Je sus tout de suite, d'instinct (ça ne s'explique pas) qu'elle était partie et que c'était son au-revoir. J'en eus bien sûr confirmation plus tard. Et mes enfants m'affirmèrent qu'ils n'y étaient pour rien. Je les voyais d'abord mal se lever en pleine nuit pour mettre cette photo sur la table : ils étaient tout petits à l'époque et il aurait fallu attraper et fouiller dans les gros albums-photos...
Vous voyez; c'est juste une photo qui n'a rien de paranormal. On peut très bien ne pas s'appesantir sur ce signe et continuer sa journée comme si de rien n'était... Beaucoup de gens le font. Devant ces signes-là, on est troublé un temps et puis notre traintrain quotidien reprend le dessus. On le raye de notre esprit. Pour ma part, je me suis empressée d'encadrer la photo, de la faire trôner sur cette même table basse. Et je fais un coucou à Mamie Wouwou à chaque fois que je passe devant.
Je suis sûre que des signes similaires vous sont arrivés.
 Mais comment expliquer à notre entourage cette intuition si intime que c'est un signe de notre défunt bien aimé?
Pour la plupart, ils ne comprendraient pas et parleraient d'hallucinations sous le coup du choc , du chagrin. Alors, on garde cela pour nous. A quoi bon?
Mais si, justement, c'est bon!
Pourquoi cacher ces petits clin d'oeil, ces appels du pied qui sont déstabilisants mais si bon pour le moral. Pourquoi n'aurait-on pas le droit d'en parler? Ca ne va pas tuer quelqu'un puisqu'il est déjà "mort". Ca risque même de le ressusciter. Alors parlons-en autour de nous. Plus facile à dire qu'à faire mais c'est à ce prix que nous évoluerons sur ce chemin spirituel qui manque tant dans notre monde matériel.
Débarrassez-vous de tous ces tabous, de tous ces non-dits et criez-le sur les toits :
"Je crois que c'est lui qui m'a fait signe et qu'il est encore vivant quelque part." Vos proches, en haut, vous en remercieront.
Afficher l'image d'origine
Pour ceux d'entre-vous à qui il n'est encore rien arrivé de semblable (en êtes-vous bien sûr?) et qui ont besoin de plus de témoignages, je recommande ce livre : "Karine après la vie" de Maryvonne et Yvon Dray (il existe en livre de poche). A ce propos, j'essaierai tout au long des articles et dans la bibliographie de vous conseiller des lectures. Je ne touche évidemment aucune commission dessus. Ce sont simplement des livres qui ont accompagné mon cheminement spirituel. Mais je rappelle que chacun a le sien et que vous avez votre libre-arbitre. Je veux simplement vous donner le plus de pistes possibles que vous êtes libres d'emprunter ou non.
Donc, pour revenir à ce livre écrit à quatre mains : c'est l'histoire d'un couple effondré d'avoir perdu leur fille unique dans un accident de voiture.Ils vont s'apercevoir par certains signes que tout n'est peut-être pas fini et vont même réussir à communiquer avec leur fille par delà la mort. Ce genre de livres sont légions maintenant mais celui-là est préfacé par Didier Van Cauwelaert qui est une sommité en matière de spiritualité. Il a de plus été publié par une grande maison d'édition (Albin Michel), ce qui atteste de sa crédibilité.

mardi 15 mars 2016

Y-a t-il quelque chose après la mort?

LA MORT N'EXISTE PAS! Et c'est vous qui allez me le prouver.
Répondez à ma question en toute objectivité :
- Lors du décès d'un de vos proches, avant, pendant ou après, n'y a t-il pas eu des faits troublants qui vous ont fait penser au défunt?
un rêve,
un parfum,
une photo qui réapparaît,
un son,
une coïncidence,
un animal qui a une attitude étrange....
Réflechissez et n'ayez aucune honte, nous sommes tous ici pour avancer petit à petit.
Je vous écoute...

Quand la mort nous tombe dessus

Au cours de notre vie, nous avons tous été touchés par des décès de personnes plus ou moins proches.
C'est en général à cet instant que nous faisons une pause dans nos vies trépidantes pour nous rappeler qu'au bout de tout ça, il y a la mort, que la vie est éphémère...
Et puis ... la vie reprend son cours. On continue à courir : beaucoup de boulot, toujours le métro, le bus, le train (sauf s'il y a grève!) et un peu de dodo-repos. Tout ça pour ne plus y penser...
Jusqu'au prochain décès ; celui qu'on prend en pleine poire parce que c'est un être très cher qui s'en va et qui ne reviendra plus...
Et là, tout s'arrête.
Comment accepter cela? Toute une vie avec lui (ou elle) pour en arriver là! En arriver à plus rien. Ce n'est pas possible! Ca ne peut pas s'arrêter comme ça! On verse toutes les larmes de son corps. On est en colère. En colère qu'il soit parti si  tôt. On avait encore tant de choses à lui dire et il avait encore tant de choses à faire . Notre coeur est un champ de ruines. On sombre dans un chagrin amer et on espère qu'il s'atténuera avec le temps.
Bien souvent, ce chagrin nous isole. On se sent seul, abandonné. On n'est plus réceptif aux signes extérieurs. On s'abandonne à cette douleur et c'est bien normal.
Mais, c'est aussi bien dommage car, persuadé que cet être cher est mort, qu'il n'est plus, on ne lui laisse aucune chance de se manifester à nous, d'être entendu. Car, il n'est pas mort au sens où nous l'entendons...
Mon Dieu! Qu'ai-je dit? La vérité et au fond de vous, vous le savez bien. La mort au sens de "plus de vie" n'existe pas.
Non, ne fuyez pas
Ne bouchez pas vos oreilles, 
Ne fermez pas vos yeux
Attendez encore un peu
Allez, soyez courageux. Après tout ce ne sont que des mots et vous n'êtes pas venu jusque là pour repartir aussitôt. D'ailleurs, vous n'êtes pas là par hasard. Le hasard n'existe pas.
Vous êtes là pour que nous trouvions ensemble la réponse à certaines de vos interrogations :

Y-a t-il quelque chose après la mort?